ALERTE COUP DE CŒUR: La police des fleurs, des arbres et des forêts de Romain Puertolas

Aujourd’hui, je viens vous parler du dernier roman en date de Romain Puertolas. Ce nom ne vous dit rien? Peut-être avez vous entendu parler de son roman le plus célèbre: L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA.

Mais là n’est pas le propos du jour, le 02 octobre 2019 est sorti son tout dernier roman intitulé: La police des fleurs, des arbres et des forêt aux Éditions Albin Michel. Sous ce nom poétique se cache un roman policier.

Une fleur que tout le monde recherche pourrait être la clef du mystère qui s’est emparé du petit village de P. durant la canicule de l’été 1961. Insolite et surprenante, cette enquête littéraire jubilatoire de Romain Puertolas déjoue tous les codes ( Quatrième de couverture).

Nous sommes dans le petit village de P. durant l’été 1961. Un jeune officier de police venu de la grande ville est dépêché par le Procureur de la république de M. pour résoudre une sordide histoire de meurtre.

En effet, dans ce charmant village où tout le monde connait tout le monde, le cadavre du jeune Joël, apprécié de tous est retrouvé dans un bac de cuisson de l’usine de confiture du village. Comble de l’horreur, Joël a eu la tête tranchée et les cordes vocales sectionnées avant d’être démembré. Je vous rassure, les détails morbides s’arrête à ces quelques mots, que ce soit dans ma chronique ou dans le livre.

Ce jeune inspecteur de police est accompagné tout au long de son enquête par le garde champêtre de ce village. Un duo improbable et loufoque à souhait, mais qui fonctionne très bien.

L’intégralité du roman est sous forme épistolaire notamment entre l’officier de police et le procureur de la république. Ce policier retranscrit le déroulement de son enquête avec les auditions des différents témoins par exemple. Ce format m’a un peu fait peur au début, mais le rythme et le dynamisme de l’écriture ont fait valser toutes mes craintes.

Jusque la vous allez me demander pourquoi ce roman est si incroyable. Un peu de patience, j’y viens. Dès les premières ligne du livre, le cadre est posé, c’est un roman policier certes mais pas que. On nous promet « un coup de théâtre final époustouflant » , rien que ça. L’auteur nous demande d’être attentif mais malgré cela il est certain de réussir à nous berner. Assez provoquant et prétentieux non?

J’ai donc été très attentive à chaque page, à chaque indice. Mais je m’incline devant tant d’imagination. Vous êtes très loin de vous imaginer cette fin. Je ne peux vous en dire plus sous peine d’être un peu trop bavarde. Alors un seul conseil: il faut acheter ce livre.

Ce livre est drôle, intelligemment mené et loufoque. Les personnages sont attachants et l’auteur réussi a nous embarquer sous cette chaleur de l’été 1961 en quelques pages seulement.

PS: pour les petits curieux qui aiment feuilleter un livre avant de l’acheter. Ne le faites pas avec celui ci, sous peine de vous spoiler la fin.

PS bis: Je vous conseille aussi du même auteur « Tout un été sans Facebook ». Je crois qu’un livre ne m’a jamais autant fait rire.

Moi aussi je l’ai lu !
par Mora

Je crois que c’est la première fois que je file acheter un livre (dès le lendemain !) après en avoir lu la critique. Mais l’article de Cassie m’a tellement donné envie ! Une affaire policière avec une révélation finale complètement inattendue ?? La fan des Experts qui sommeille en moi piétinait d’impatience. J’ai passé 2 jours à me prendre pour une enquêtrice, à éplucher chaque détail… J’étais sûre de mon coup… J’étais persuadée d’avoir déjoué le mystère ! Non, Romain Puertolas, tu ne m’auras pas, j’ai trop regardé de séries pour me faire avoir si facilement ! Et pourtant… Quel bluff !! Je recommande vivement ce livre à tous, grands et petits lecteurs. Merci Cassie pour cette critique, tu m’as redonné le goût à la lecture 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.